Construction du Camp Nou

Le Camp Nou lors de l'inauguration

Les premières images du Camp Nou

Le Camp Nou pendant les travaux d'agrandissement

Inauguration du Mondial 1982

Le Camp Nou vu du ciel

Dans l'histoire du Barça, cette idée se manifeste clairement en trois étapes : la première, avec des changements successifs de terrain de jeu, résultat logique de toute étape initiale ; la seconde, avec le terrain de Les Corts, signe de la consolidation du club ; et la troisième, celle du Camp Nou, qui correspond à l'expansion et à la grandeur du Club.

Le vieux terrain de Les Corts, inauguré en 1922, a vécu diverses réhabilitations pour accueillir une masse sociale blaugrana qui ne cessait de croître. Après la Guerre Civile, la récupération du Club a signifié une augmentation continue de socios et de spectateurs. Le club a répondu à cette demande moyennant divers agrandissements, aussi bien du fond sud (1946) que du fond nord (1943), ou de la capacité de la tribune (1945). En outre, il était de plus en plus évident qu'il fallait envisager la construction d'un nouveau terrain, c'est pourquoi le Conseil combinait ces améliorations de Les Corts et les premiers pas pour atteindre le rêve d'un nouveau stade.

Le besoin d'un nouveau stade 

À partir de 1948, les voix favorables à un projet ambitieux étaient de plus en plus nombreuses, mais le but n'était pas facile à réaliser, et il fallait le concilier au développement urbanistique que Barcelone initiait à cette époque dans la zone de l'Avenue Diagonal.

Très souvent, il est fait référence à l'impact causé par le recrutement du grand joueur Ladislau Kubala pour que le conseil barceloniste se décide enfin. Il est vrai que l'arrivée de Kubala a créé d'énormes attentes et une ambiance d'enthousiasme collectif, mais il ne faut pas oublier que les deux Ligas remportées consécutivement en 1947-48 et 1948-49, avant l'incorporation du crack hongrois, ont également été décisives.

De fait, le premier pas ferme du club s'est produit en septembre 1950, quinze jours avant que Kubala ne joue son premier match amical vêtu de blaugrana. À ce moment, le club, que présidait Agustí Montal y Galobart, a signé une option d'achat sur des terrains de la zone de la Maternidad, une option matérialisée deux mois plus tard.

À partir de ce moment s'est ouverte une étape suffisamment contrariante, puisque la décision de la commission du Camp Nou (9 février 1951) de changer l'emplacement du futur stade dans la zone finale de l'Avenue Diagonal a donné lieu à de stériles négociations avec les Administrations qui n'ont jamais abouti. L'affaire est restée au point mort jusqu'à la victoire de Francesc Miró-Sans aux élections à la présidence du FC Barcelone (14 novembre 1953). Le nouveau président était un grand défenseur de la rapide construction du nouveau stade et l'une de ses premières décisions (18 février 1954) a été de faire construire le futur stade sur les terrains acquis en 1950 et non pas sur le tronçon final de l'Avenue Diagonal. Ainsi, le 28 mars, devant une foule de 60 000 barcelonistes, a été placée la première pierre du Camp Nou, sous la présidence du gouverneur civil Felipe Acedo Colunga et avec la bénédiction de l'archevêque de Barcelone, Monseigneur Gregorio Modrego.

La construction (1954-1957) 

Le projet du nouveau stade a été commandé aux architectes Francesc Mitjans Miró, cousin germain de Miró-Sans, et Josep Soteras Mauri, avec la collaboration de Lorenzo García Barbón. Plus d'un an plus tard, le 11 juillet 1955, le club a adjugé les travaux à l'entreprise de construction INGAR SA, qui a présenté un devis de 66 620 000 de pesetas et un délai d'exécution de 18 mois. Toutefois, le coût total des travaux a largement dépassé la somme mentionnée, atteignant 288 millions de pesetas, une somme qui a dû être supportée en partie avec les successives émissions d'obligations hypothécaires(100 millions de pesetas) et de bons de caisse (60 millions de pesetas). Cette mesure a permis de financer la construction du stade, mais au détriment de l'endettement du club pendant quelques années.

L'inauguration 

La date prévue pour l'inauguration du stade était le 24 septembre 1957. Pour réaliser une cérémonie splendide, une commission organisatrice de l'inauguration a été constituée, présidée par deux personnes : Aleix Buxeres (relations publiques) et Nicolau Casaus (organisation). Le samedi 21 septembre, José María de Cossío, membre de la Royale Académie Espagnole, a prononcé dans le Salon des Chroniques de la Mairie de Barcelone, le discours qui ouvrait officiellement les fêtes de l'inauguration des nouvelles installations. De même, pendant ce week-end de septembre, sur le terrain de Les Corts et au Palais Municipal des Sports s'est disputée une série de matches internationaux dont les protagonistes ont été les différentes sections du club. La transcendance de ces journées est évidente dans le fait que le grand poète Josep M. de Sagarra ait écrit un sonnet intitulé « Azul Grana », et dans la création d'un hymne dans le stade du FC Barcelone, avec des paroles de Josep Badia et une musique d'Adolf Cabané.

Le jour de la Mercè (24 septembre) de 1957, la ville s'est réveillée garnie des couleurs blaugranas. Les actes d'inauguration ont commencé par une messe solennelle et par la bénédiction du stade par l'archevêque de Barcelone, Monseigneur Gregorio Modrego. Tout de suite après, l'Orfeó Graciense a chanté l'« Alléluia » de Händel et l'image de la Vierge de Montserrat a été intronisée. De nombreuses personnalités du monde politique et du sport ont soutenu dans la Loge le président Francesc Miró-Sans, comme José Solís Ruiz, ministre secrétaire général du Mouvement, de qui dépendait la politique sportive officielle à cette époque ; José Antonio Elola Olaso, chef de la Délégation Nationale des Sports ; Felipe Acedo, gouverneur civil de Barcelone, et Josep M. de Porcioles, maire de Barcelone.

Devant plus de 90 000 spectateurs qui remplissaient les gradins d'un Camp Nou qui n'était pas encore achevé, ont commencé à défiler sur le terrain de jeu des représentants des clubs catalans de football, ainsi que des membres des sections du club, des peñas barcelonistes et des différentes équipes du club. Ensuite a été interprété le déjà mentionné « Hymne au Stade » et à quatre heures et demi a commencé le match inaugural. Le FC Barcelone était opposé au club polonais de Varsovie. La première équipe barceloniste du nouveau stade était : Ramallets, Olivella, Brugué, Segarra, Vergés, Gensana, Basora, Villaverde, Martínez, Kubala et Tejada. La deuxième mi-temps, le onze barceloniste était le suivant : Ramallets, Segarra, Brugué, Gràcia, Flotats, Bosch, Hermes, Ribelles, Tejada, Sampedro et Evaristo. Le match s'est achevé sur un score de 4-2 favorable aux barcelonistes, avec des buts d'Eulogio Martínez (qui, à la 11e minute, a marqué le premier but du Camp Nou), Tejada, Sampedro et Evaristo. Pendant la mi-temps, 1 500 personnes sous la direction du Regroupement Culturel Folklorique de Barcelone, ont dansé une immense sardane et 10 000 colombes ont été libérées. Ainsi commençait une nouvelle étape de l'histoire du FC Barcelone.

L'évolution depuis 1957

La capacité du Camp Nou était de 93.053 spectateurs lors de son inauguration, et les dimensions du terrain étaient de 107m et 72m de large (maintenant 105-68 avec la norme UEFA). Les principaux matériaux utilisés lors de la construction ont été le fer et le béton. Depuis 1957, le stade a été modifié plusieurs fois.

Parmi les plus importantes, l'inauguration de l'éclairage en 1959, du tableau d'affichage en 1976 et des loges privées, salles VIP et salle de presse lors de la saison 1981-82.

Agrandissement en 1982

Lors de l'année 1982, la capacité du stade a été augmentée de 22.150 places dans la tribune haute. La capacité était alors de 115.000 places. En 1982, le Camp Nou a accueilli la cérémonie d'ouverture du Mondial 1982, disputé en Espagne. Deux ans plus tard était inauguré le musée du Club, situé dans la tribune principale.

En 1994, le niveau du terrain de jeu a été baissé et les tribunes basses ont été aggrandies, et les places debouts ont été transformées en places assises, avec la disparition de la fosse de sécurité autour du terrain.

La capacité du stade a alors été ramenée à 99.000 places.