fcb.portal.reset.password

Jordi Alba avant l'interview / PHOTO: ÀLEX CAPARRÓS - FCB

Jordi Alba est de retour à la maison. Le nouveau latéral blaugrana a pris le même chemin que Piqué, Cesc ou Cuenca ont pris. Le joueur d’Hospitalet de Llobregat est très motivé et content de revenir et de défendre à nouveau le maillot du Barça. Il l’explique dans cet entretien avec Barça TV et www.fcbarcelona.cat

Comment s’est déroulé votre transfert pour le Barça ?

Je l’ai appris juste avant le dernier match de l’Euro. Je suis très content de revenir après tant d’années. Je suis très fier.

Vous savez exactement où vous arrivez ?

Oui, je connais beaucoup de monde ici, des dirigeants, des entraineurs, des amis… Je crois que c’est très positif

Vous avez déclaré plusieurs fois que vous reveniez dans le meilleur club du monde ?

Comme Club et aussi pour la manière dont joue l’équipe. Je crois que le club a les meilleurs joueurs du Monde, pratique le meilleur jeu et a des choses que les autres équipes n'ont pas.

Ce que vous allez apporter c’est du travail.

Je jouerais des bons et des mauvais matches, mais je serais toujours à fond. C’est une grande opportunité pour moi, et je l’ai eu grâce au travail accompli.

Vous avez été surpris par votre rendement durant l’Euro ?

Non. Je ne pensais pas marquer en finale évidemment, mais je crois avoir travaillé dur pour jouer à ce niveau.

Si on m’avait dit il y a six ans que vous seriez arrière gauche je ne l’aurais pas cru.

Il y a six ans non, et il y a un an non plus. Je crois qu’Emery a été important dans cette décision. Il m’a permis d’aller à l’Euro comme arrière gauche et de revenir au Barça comme arrière ou ailier. Il y a un an je n’imaginais pas ça.

Comment cela c’est passé ?

J’ai joué latéral pour la première fois contre le Werder Brême. J’étais remplaçant. À la mi-temps Emery m’a dit que j’allais jouer latéral. Je n’avais jamais joué à ce poste, mais j’y ai pris goût petit à petit, et maintenant j’aime ça.

Avez-vous demandé de jouer à un autre poste au Barça ?

Non. Tito et les dirigeants me connaissent, et je ne me vois pas leur dire où je dois jouer.

Aujourd’hui il y a une grande admiration pour les « petits » joueurs, mais il y a quelques années vous aviez quitté le club à cause de ça.

Il y avait des joueurs très grands. Je crois que j’étais le plus petit, et je me suis battu quand même. Je suis parti à Cornella, j’ai cru en moi et Valence m’a donné ma chance. Le sacrifice, la constance et la confiance ont été les clés de mon retour au FC Barcelona

Et vous êtes parti à Cornella.

Ce fût une grande opportunité pour comprendre que tout ne finit pas à la Masia. J’ai beaucoup appris, et ils se sont toujours bien occupés de moi. En deux ans je me suis rendu compte que je pouvais revenir dans un grand club.

Que sentiez-vous avant d’affronter le Barça ?

C’était des matches très spéciaux. La nuit d’avant je dormais peu. Quand je suis arrivé en première division cela ne m’arrivait plus, mais à Cornella si.

Le vice-président sportif du Barça, Josep Bartomeu, a cité votre cas comme exemple.

Nous sommes des exemples pour les plus jeunes et chacun a son histoire. Je crois que Cesc et Piqué sont partis pour d’autres raisons. Ils ne comptaient pas sur moi. Les cas de Cuenca et Tello sont similaires. Les plus jeunes doivent croire en eux, ils y arriveront.

Masia, Cornella, Valencia, Nastic Tarragona… Arrivez-vous au meilleur moment ?

Oui, sans aucun doute. Aujourd’hui je suis heureux, mais il y a aussi eu des moments où je ne me sentais pas bien et j’ai beaucoup pleuré.

Vous reste-t-il des rêves ?

Je veux gagner des titres. Je crois que nous avons la chance de voir un très grand Barça, avec un style de jeu très bon, et qui gagne. Moi j’arrive maintenant et j’essaierai de gagner d’autres titres.

Recuerdos del fútbol base

Vous rappelez vous de Tito Vilanova avec les jeunes ?

Oui, il était avec les cadets B et je jouais en minimes B

Il a dirigé une génération fantastique.

Oui, Messi, Piqué, Cesc etc…

Cette génération était un exemple ?

Oui car c’était l’équipe qui jouait le mieux, et ils gagnaient tous les titres possibles. Nous étions tous admiratifs.

Quand vous voyiez joué Messi saviez-vous que ce n’était pas un enfant comme les autres ?

Il faisait la différence. C’est pour cela qu’il est arrivé si jeune en équipe première. Aujourd’hui c’est le meilleur du Monde, il est au dessus des autres joueurs. Il lui reste beaucoup d’années de football et au Barça.

Vous avez joué les deux avec le 10, dans un rôle similaire.

Oui, mais il est clair que nous n’avons rien à voir. Il marquait la différence.

Vous avez marqué beaucoup de buts et fait beaucoup de passes décisives, vous étiez offensif !

Avant oui, mais cela n’a rien à voir avec mon jeu maintenant. J’aimais bien cette position d’avant centre ou de 9, j’étais content au Barça.

Je crois même que vous étiez capitaine non ?

C’est vrai que toutes ces années j’étais capitaine, sept saisons sur les huit je crois. Mes partenaires m’aimaient bien et j’avais du caractère. J’ai beaucoup de défauts, mais mon caractère est une bonne chose.

En 2000 vous avez posé la première pierre de la Ciutat Deportiva, vôtre nouvelle maison, vous vous rappelez ?

Bien sur ! Avec Ramallets. J’ai tiré un penalty et j’ai eu la chance d’y être. C’est un hasard, et lorsque j’y suis allé, j’ai vu de nombreuses personnes que je connaissais.

Comment vit joueur au centre de formation ?

Petit tu dois t’amuser. Ensuite, il faut se battre, s’entretenir et tenter d’être constant.

Retour en haut de page