fcb.portal.reset.password

Karabatic, le jour de sa signature / Photo German Parga

Habitués des grand rendez-vous du handall en club et avec l’Équipe de France, Nikola Karabatic et Cédric Sorhaindo savent reconnaitre un grand évènement sportif lorsqu’ils en voient un. À la veille du Clasico  entre le FC Barcelone et le Real Madrid au Camp Nou, les deux joueurs donnentleur opinion sur l’une des plus grandes rencontres de football de la planète.

Ce match est incomparable avec une autre rencontre" nous explique Nikola Karabatic, qui n'hésite pas à comparer l'affiche avec d'autres matches européens.: "Ce Clasico en Espagne est un ton au-dessus des autres clasicos, notamment d’un PSG-Marseille”. Hier en conférence de presse, Carles Puyol, le capitaine du Barça, expliquait "l'importance du public pour cette rencontre au Camp Nou". Karabatic pense la même chose du stade du Barça, le plus grand stade d’Europe: “C’est un stade qui n’a pas l’air énorme de l’extérieur, mais une fois dedans c’est impressionnant. Quand le public commence à chanter l'hymne du Barça l'ambiance est incroyable”.

El Cant del Barça lors d'un Barça-Madrid

Quand il y a un Clasico, l’Espagne s’arrête de vivre
Pour Sorhaindo, qui évolue depuis 2010 au FC Barcelone, les souvenirs sont bien là: “Je me rappelle de cette saison durant laquelle les deux équipes se sont affrontées sept fois en Liga, Coupe du Roi et Ligue des Champions. C’était de la folie”. Pour le pivot du Barça et de l’équipe de France, une chose est sûre: “Quand il y a un Clasico, l’Espagne s’arrête de vivre”.

Retour en haut de page