Seydou Keita fête un de ses buts en Ligue des Champions, à Munich/ PHOTO: ARXIU FCB

Le premier transfert de l’ère Guardiola quitte le club en même temps que celui qui l’a fait venir. L’histoire de Seydou Keita avec le Barça, qui ne continuera pas la saison prochaine comme l’a informé le club via un communiqué, a toujours été liée avec celle de son entraineur. « Tant que je serais là, Keita sera dans l’équipe » avait déclaré Guardiola. Et il a tenu parole.

« J’ai connu peu de gens comme lui »

L’estime portée au joueur s’explique par l’humilité et la solidarité dont il a toujours fait preuve. Il n’a jamais eu de mauvais mots envers qui que ce soit. Même si il ne jouait pas beaucoup, Keita a gagné la reconnaissance de Guardiola grâce à son comportement sur et en dehors du terrain. « C’est mon thermomètre moral et éthique. À chaque fois que je disais quelque chose, je le regardais. J’ai connu peu de gens comme lui » a déclaré Guardiola il y a quelques mois.

L’exemple parfait est celui de la finale de la Ligue des Champions en 2009. Keita a conseillé à Guardiola de choisir un autre latéral gauche, car il n’avait jamais joué à ce poste. Il n’a jouée au final que 20 minutes en fin de match. Il pensait d’abord à l’intérêt de l’équipe et ensuite au sien.

Silencieux et bosseur

Seydou Keita n’a jamais marqué la différence au club. Il fait le travail obscur en silence, et a compris quel serait son rôle dès le premier jour. Quelques fois titulaire, souvent douzième homme, et de temps en temps remplaçant sans minutes de jeu, Keita a toujours répondu présent. Ses qualités ont été le physique et sa bonne projection vers l’avant, sans délaisser une bonne technique.

188 matches, 22 buts

Keita quitte le club avec un total de 188 matches disputés (119 en Liga, 41 en C1, 18 en Coupe du Roi, 6 en Supercoupe d’Espagne, 2 en Supercoupe d’Europe et 2 en Mondial des Clubs) pour 22 buts inscrits (16 en Liga, 3 en C1, 2 en Coupe du Roi et 1 en mondial des clubs). De ses 22 buts, les trois face à Saragosse (son seul hat-trick en professionnel) sont les plus marquants, tout comme celui face à Levante (1-1) le 11 mai 2011.

Dans son sac il emmène les remerciements de tout un club qui a toujours admiré son attitude et son palmarès incroyable : Deux Ligues des Champions, trois Ligas, deux Coupes du Roi, deux Mondiaux des clubs, trois Supercoupe d’Espagne et deux Supercoupe d’Europe.