fcb.portal.reset.password

 

Javier Mascherano est un footballeur qui dit tout ce qu'il pense. Mardi, sur le plateau du programme "El Marcador" sur Barça TV, le discours de l'argentin valait la peine d'être écouté. "Au-delà du résultat et de la joie pour la qualification, nous sommes revenus aux origines, et c'est le plus satisfaisant. Nous n'avons rien changé, nous manquions simplement de confiance. Mardi, les gens sont rentrés chez eux contents d'avoir retrouvé le Barça de toujours" s'est réjoui Javier Mascherano

Sur la rencontre, qui a été facilité par "un but à la cinquième minute qui nous a donné de la tranquillité". Pour le numéro 14 blaugrana, la pression a été la clé: "Nous avons défendu très haut. C'est contagieux, si ton coéquipier presse, tu presses".

Remise en question

Mascherano a demandé le changement car il avait des crampes, et il ne voulait surtout pas pénaliser l'équipe. Même s'il a été l'un des hommes de la rencontre, Mascherano a expliqué "s'en être voulu sur l'action de Niang. Cette action aurait pu changer la phase de la saison. Je ne suis pas rentré satisfait à la maison".

Ni tragédie, ni paradis

L'argentin a ensuite commenté qu'il fallait trouver un juste milieu entre la tragédie et l'euphorie: "Ce qui s'est fait lors de ces cinq dernières années ici est incroyable. Il est impossible d'analyser un système de jeu sur 15 jours. Le Real Madrid est une grande équipe qui nous a éliminé en Coupe du Roi, avec de grands joueurs".

Retour en haut de page