fcb.portal.reset.password

Zubizarreta, à Lisbonne. PHOTO: MIGUEL RUIZ-FCB.

Andoni Zubizarreta est celui qui a proposé Tito Vilanova comme nouvel entraineur de l’équipe première. Dans une interview au quotidien El Pais, le directeur sportif du FC Barcelone parle du style Barça, sublimé par Guardiola et consolidé par Tito Vilanova. "Nous sommes entre de bonnes mains" lance Zubizarreta, mettant en avant la personnalité de Tito Vilanova.

Les quatre années de Guardiola ont été incroyables pour le FC Barcelone, avec 14 titres et un style de jeu reconnu dans le monde entier. Le pari de Zubizarreta était clair : continuer avec le même style de jeu : "Ça valait la peine de continuer avec une idée de jeu non terminée, de laisser s’exprimer des joueurs qui ont faim de victoires, de garder le style de jeu qui fait de nous une référence". La confiance de Zubi est totale envers son entraineur : "Quand je le vois travailler dans son bureau, je sais que nous sommes entre de bonnes mains". Le directeur sportif sait d’où vient Tito, et qu’il a "l’héritage et la philosophie de Pep".

Le courage de Vilanova

"Je n’évalue pas son courage par les résultats. Son courage est de continuer avec la même idée, de prendre des décisions compliquées, comme par exemple mettre Adriano en défense centrale contre le Real Madrid" affirme Zubizarreta. Même si le début de saison est fait de records, il tient à dire que "le Barça prendra les points petit à petit. C’est celui qui est premier à la fin qui gagne".

11 joueurs de la Masia

Avec 11 joueurs de la Masia sur le terrain face à Levante, Zubizarreta est conscient que la relève viendra du centre de formation, mais il ne veut pas lancer trop tôt les jeunes pousses, en expliquant que "des joueurs comme Xavi ou Iniesta ont mis du temps à se consolider. Sergi Roberto ne sera pas Xavi en deux jours".

Pour Zubizarreta, l’important « n’est pas seulement d’injecter des jeunes talents, mais de savoir comment on développe ces talents dans notre Club ». « Quand je vois le Barça B s’entrainer, je suis content de voir que le processus lancé il y a des années fonctionne » a conclu Andoni Zubizarreta.

Retour en haut de page