fcb.portal.reset.password

Tito Vilanova, lors de la conférence de presse / PHOTO: MIGUEL RUIZ - FCB

Tito Vilanova a commencé sa première conférence de presse en tant qu’entraineur principal du FC Barcelona en remerciant le Président, le conseil d’administration et la direction sportive. « C’est une fierté d’avoir été choisi, j’ai énormément d’envie » a affirmé le nouvel entraineur catalan, conscient du défi qui se présente. « Le plus normal c’est qu’on te propose de devenir l’entraineur du Barça quand les choses vont mal. Si j’accepte ce défi, c’est parce que je connais parfaitement la manière de comprendre le jeu, et en plus, je me sens important vis-à-vis des succès des quatre dernières années ».

« Refaire ces quatre saisons est difficile. Très difficile. Cela dépend de nombreux critères. Nous ne donnerons aucun match, aucun titre pour perdu, et nous essayerons de tout gagner. Nous sommes conscients de la difficulté » a déclaré Tito Vilanova. Le natif de Bellcaire D’Empordà a dévoilé que les manières de travailler seront les mêmes : « J’étais d’accord avec la plupart des choses réalisées jusqu’aujourd’hui. C’est pour cela que de nombreuses méthodes de travail seront les mêmes, autant au niveau des entrainements, des conférences de presse ou même des déplacements. C’est une bêtise de vouloir changer cela. »

Se concentrer sur le travail bien fait

Tito, qui a précisé qu’il est très difficile de laisser passer une opportunité comme celle-ci, a beaucoup d’envie vis-à-vis du projet : « Les comparaisons je les perds toutes, mais je ne suis pas venu ici pour lutter contre quelqu’un. J’essaierai de faire mon travail, en travaillant autant que jusqu’à maintenant. » »J’ai parlé avec mes différents médecins, et ils m’ont tous dit que je pouvais le faire. J’ai énormément d’envie » a déclaré l’entraineur catalan, qui a ajouté : « Le challenge est très grand, mais sachant ce que je viens de traverser, je doute que ce soit plus compliqué ».

« Je sais pertinemment que si nous gagnons, tout le monde nous aidera. Si nous perdons, moins. Nous sommes tous bien habitués avec cette équipe, et nous voulons tous continuer à la voir jouer ainsi. Je ne vous demande pas de patience » a dit l’entraineur du Barça dans une salle Paris comble. Pour le nouveau technicien, la durée du contrat n’était pas une priorité : « Cela donne une certaine stabilité au club ».

« Ma relation avec Pep est parfaite »

Tito Vilanova a remercié publiquement la possibilité que Pep Guardiola lui a donné de l’aider avec les équipes jeunes du FC Barcelona : « C’est mon ami, presque comme un frère ». « Ma relation avec Pep est parfaite. S’il avait décidé de partir entrainer ailleurs je ne serais peut-être pas là aujourd’hui. Je suis ici car le club me l’a proposé et que Pep m’a encouragé à le faire » a insisté le coach du FC Barcelona. Les deux hommes ont longuement discuté ces derniers jours, en ayant une excellente relation : « Avec Pep nous travaillons ensemble. En cinq ans il n’y a pas eu de commentaires négatifs ou de grimaces entre nous. Nous avons toujours été bien ensemble. »

Interrogé sur sa relation avec Sandro Rosell, l’entraineur a coupé court : « Elle est très bonne. Sinon je ne serais pas là ».

Jordi Roura, le nouvel adjoint

Vilanova a aussi justifié la décision d’incorporer Jordi Roura en tant qu’adjoint : « J’a besoin de quelqu’un avec moi qui sache faire le travail que je faisais jusque là, sans avoir à recommencer depuis le début, et je crois que Jordi, qui faisait parti du staff technique, est la personne idéale. Même si c’est mon ami, si il n’était pas bon je ne l’aurais pas choisi».

Abidal et Messi

Pour terminer, Tito a expliqué qu’il n’avait pas encore parlé avec les capitaines et le vestiaire, mais simplement avec deux joueurs qui ont voulu en parler après la finale de la coupe du Roi. Par contre, il a été à la rencontre d’Eric Abidal : « Il a eu une perte de poids normale, mais je l’ai vu plein d’envie. Il doit récupérer petit à petit, et il me dira comment il se trouve. Nous sommes tous très contents de son évolution ».

Concernant Leo Messi, le nouvel entraineur blaugrana n’a pas de doutes : « J’ai la chance de connaitre Leo depuis tout petit, et je continue à dire que son jeu s’adapte parfaitement au jeu de l’équipe. C’est un des joueurs les plus simples à gérer dans un vestiaire. Je suis convaincu que nous allons bien nous entendre. »


Retour en haut de page