La devise “Plus qu’Un Club” exprime l’engagement que le FC Barcelone a maintenu et maintient avec la société, au-delà de la stricte activité sportive. Pendant de longues années, cet engagement se reflète particulièrement dans la société catalane, qui a vécu de nombreuses décennies du XXème siècle sous des dictatures qui ont lutté contre sa langue et sa culture.

Face à ces circonstances, le Barça a toujours été avec les sentiments catalans de défense de la langue, de la culture et de la démocratie. Pour cela, même si le catalan n’était pas une langue officielle, le Club a rédigé ses statuts dans la langue propre à la Catalogne. À cette époque, en 1918, le Club a adhéré à une demande de statut autonome pour la Catalogne, que demandaient tous les secteurs des mouvements catalans. Ces décisions ont valu des représailles des autorités espagnoles, et pendant la dictature de Primo de Rivera, le club a été fermé pendant six mois.

Durant le II République espagnole, le Club a accentué son message d’implication avec la culture et les institutions de Catalogne. Le Président Josep Sunyola mené cette action avec le slogan “sport et citoyenneté”, afin de réclamer l’implication du monde sportif dans les affaires sociales et culturelles du pays. Sunyol, qui était aussi député, a été fusillé au début de la Guerre Civile, en 1936. Le Club était alors un référent dans la défense de la République, comme il l’a démontré lors de la tournée au Mexique et aux États-Unis en 1937.

À la fin de la Guerre Civile, la dictature du Général Franco a voulu en finir avec la signification sociale du Club. Le nom a été “espagnolisé” et les quatre barres du drapeau catalan ont été retirées du blason. Malgré la dictature, le Club a essayé de récupérer son esprit, comme par exemple avec le discours du Président Narcis de Carreras, qui a prononcé pour la première fois en 1968 le fameux “Plus qu’Un Club”.

En dehors de la Catalogne, dans de nombreuses villes d’Espagne, le Barça est aussi devenu un référent démocratique et anticentraliste. Lors de l’étape démocratique commencée après la mort de Franco, le Club a maintenu son engagement social et d’autres formes de soutien à des causes solidaires sont apparues, avec notamment la création de la Fondation du Club. Le Barça a ensuite étendu son engagement social au niveau mondial, avec notamment un accord avec l’Unicef en 2006, afin d’expliquer qu’un Club sportif ne peut pas vivre en marge des problèmes de la société, dans ce cas des problèmes infantiles.

C’est pour cela qu’actuellement, le Barça reste “Plus qu’Un Club” autant en Catalogne que dans le reste du monde à travers de nombreuses initiatives.